The Works of the Emperor and the Works of the Poet: Paul the Silentiary's Ekphrasis of Hagia Sophia

Research output: Contribution to JournalReview articleAcademicpeer-review

14 Downloads (Pure)

Abstract

L’ekphrasis d’Hagia Sophia par Paul le Silentiaire nous donne une impression d’un bâtiment du VIe siècle qui existe encore de nos jours. Le poème a été étudié avec acharnement par les archéologues et les historiens de l’art qui se sont concentrés surtout sur sa partie centrale, à savoir l’ekphrasis proprement dite (vv. 354-920). Mais les vers introductifs de Paul sont essentiels pour apprécier la description de l’église, car ils ont la fonction de préparer le public à la visite guidée virtuelle du bâtiment. La présente analyse littéraire montre comment le poète, pendant la récitation du poème, amène d’une manière efficace son public vers l’ekphrasis proprement dite, visant à obtenir le plus grand effet d’enargeia (évidence) et de phantasia (le regard avec l’oeil de l’esprit) pour nous donner l’impression d’approcher réellement dans l’église. Il crée un cadre dramatique plein de suspense, en ralentissant et en accélérant la narration, en utilisant des flash-backs (analepseis) et des anticipations (prolepseis), en mélangeant réalité et rhétorique, jusqu’au moment où nous nous retrouvons en tant que participants du cortège, devant les portes fermées d’Hagia Sophia, sur le seuil du bâtiment rhétorique de Paul. On ne peut pas saisir pleinement l’impression que l’ekphrasis proprement dite produit sur le public sans prendre en compte ce cadre préparatoire.
Original languageEnglish
Pages (from-to)387-405
Number of pages19
JournalByzantion
Volume87
DOIs
Publication statusPublished - 2017

Fingerprint

Dive into the research topics of 'The Works of the Emperor and the Works of the Poet: Paul the Silentiary's Ekphrasis of Hagia Sophia'. Together they form a unique fingerprint.

Cite this